Ça y est, la glace 2017 est enfin brisée! Sous un soleil qui fait du bien, dans la boue du Parc Michel-Chartrand. Autrement dit, crottée… mais souriante!

Un 15k improvisé ce matin. Je devais aller faire le 21k Scotia, mais ça n’a pas eu lieu (problème de dossard inintéressant alors je saute). J’ai décidé de me rabattre sur le 15k MEC à la base de plein air de Longueuil. C’est d’ailleurs dans ce parc que j’ai fait ma toute première course MEC (5k) qui était LA première course MEC de leur série d’événements. Je les aime bien, ces petites courses conviviales. 

Source: MEC.ca

Au menu du jour, un 15k (approuvé FQA) sur un circuit de 5k à faire 3 fois dont 75% dans la garnotte (et boue) et un segment sur asphalte quand on sortait du bois et qui se prenait plutôt bien.

Même si j’étais mentalement préparée à la boue (il y a eu nombreux terrains inondés à Longueuil), je n’aime pas ça. Ouais, je suis un peu princesse de même et j’aime ça rester propre. Je regarde tous ces coureurs qui aiment la boue et euh non pas moi, pas du tout même. Et sur la photo ci-dessus, c’était rien comparé à certaines sections qui étaient inondées d’un bord à l’autre. Il m’a fallu accepter de sacrifier le bleu étincelant de es souliers que j’aime! Princesse puissance 10. :)

J’étais également prête à devoir contourner beaucoup de coureurs (600 environ) car il y a avait un 5k et un 10k en même temps sur le parcours de piste cyclable pas très large. Qu’à cela ne tienne, 2017, c’est aujourd’hui que je te lance!

15k MEC, Parc Michel-Chartrand, 23 avril 2017

15k MEC, Parc Michel-Chartrand, 23 avril 2017

J’ai donc pris tout ça avec le sourire, en me disant que ce serait un bon entraînement. J’en avais vraiment envie (vraiment vraiment).

Un petit détail (#not), suis arrivée très tard mais je sais, ce n’est plus drôle là. Vous n’en riez plus et moi non plus je vous l’assure. Ça a donné une autre course pas échauffée DU TOUT et rendue à 45 ans même si ce n’est pas vieux, partir à près de 4’/km à froid, ça commence à être drôlement tata (à tout âge à vrai dire…).

Mais bon, je crois que c’est l’effet des inscriptions sur place qui cause ça. Quand je suis inscrite d’avance, j’arrive d’avance (oui oui, relisez mes récits!). Alors que pas encore inscrite, c’est le festival du snooze. J’hésite sous la couette, je remets en question la nécessité d’une course ce jour-là, pèse le pour et le contre de dormir un peu plus au lieu de m’amuser sur un parcours jusqu’à ce que… JE FINISSE PAR ME LEVER EN CATASTROPHE (ou pas). :)

Les filles à l’inscription ont accepté de me vendre un dossard et avec le sourire en plus (merci, j’en suis reconnaissante) et ce, même s’il était 8h55 et que le départ était à 9h, départ qui fut finalement retardé de 5’… chanceuse de même! 

J’étais encore dans le stationnement quand le coup de départ fut donné. Je n’exagère même pas. Je suis donc partie complètement derrière ce qui rendait ma tâche plus compliquée. Du zig zag en masse qui a fait sonner mon premier kilomètre en 4’28 alors que l’objectif du jour était de tenir du 4’06 sur ce type de terrain. Mais pas grave, reste concentrée la grande! Le futur de cette course, ce que qui peut encore être changé, c’est devant.

Objectif de départ: Passer devant tous ces coureurs! (Source: MEC.ca)

En moins de deux ce départ chaotique fut oublié, facile quand on se sent profondément heureuse et bien d’être là. Il faut dire que je suis en train de régler un petit problème de santé qui a brutalement surgi dans les dernières semaines (moi qui n’en ai jamais). Rien de très grave si contrôlé, mais qui a des répercussions assez lourdes et imprévisibles au quotidien tant que ce ne sera pas… sous contrôle justement. Avec tout ça, je ne savais donc plus QUAND ma saison allait commencer. Après avoir rayé 2-3 courses en avril et en mettant une croix vendredi sur le 21k Scotia, j’ai décidé que ce serait ce w-e quand même. Et ce n’était pas les choix qui manquaient! Sorel, Laval, Boucherville… allez hop, je cours!

Bon, un 15k, on court ça comment?
C’était mon tout premier 15k, moi qui en plus, ne fais jamais de 10k. J’étais donc dans l’inconnu. Mais comme je n’ai pas eu le temps d’avoir le temps de penser à ma course, j’ai tout simplement choisi de partir juste un peu plus vite que ma vitesse 21k actuelle en entraînement. Grosse stratégie. :) Mais c’est tout ce que j’avais comme repère, et j’allais ajuster en fonction de l’état du parcours.

Après ce premier km trop lent qui a servi à me repositionner, j’ai reconnu de loin et de dos Mlle X qui me semblait être la première, une coureuse que j’admirais beaucoup à ma première année de compétition. Elle était quasi toujours sur les podiums en 2011 et 2012. Je l’ai rejointe et suis restée un peu en retrait en pensant que ce serait ma compagne/rivale du jour jusqu’à ce que je constate qu’elle maintenait du 4’10-4’12. Je devais vite la quitter et gérer ma propre course. (Elle a finalement abandonné et n’était plus là à l’arrivée alors je ne sais pas ce qui lui est arrivé, c’est pourquoi je respecte l’anonymat.)

C’est ainsi que j’ai fait les 13,5 autres kilomètres complètement seule sauf les coureurs des autres distances que je devais contourner (je m’excuse d’ailleurs à tous ceux à qui j’ai dû crier «À votre gaaaaucheeee!»… pas facile de doser la voix pendant l’effort).

Et tel un robot à vrai dire. J’aimerais bien vous raconter une difficulté au km X, ou un état mental Y à ce moment Z, non non, une course à un rythme constant et plutôt conservateur et une envie de maintenir ma première position.

J’ai beau avoir rattrapé 2 gars un moment donné (je sablais déjà le champagne à l’idée d’avoir des compagnons de route), mais cette nouvelle amitié de parcours a duré… 200 mètres maximum. Ils commençaient à ralentir alors que moi, ça roulait bien encore. Mais pas de panique, courir seule est le lot de 95% de mes courses, j’y suis habituée. (N’empêche, j’ai comme objectif en 2017 de participer à de plus grosses courses. Avoir du monde autour de soi, ça rend la papatte plus dynamique je trouve.)

Je passerai donc le premier 5k avec la balance des secondes du premier km lent, et quasi une horloge pour les 2 autres 5k à 4’08/km. Sur ce type de sol, ça me va.

Résultat: 1h02’18
(À noter: 1h02’40 sans le chip time, donc 22 secondes avant de passer sous l’arche pour seulement 118 coureurs, pas de doutes que je me trouvais loin au coup de départ).

Classement: Première femme, 8e au général.

Je pense que j’aurais pu pousser encore un peu plus, car il me restait (un peu) de jeu. Mais je n’ai pas osé ouvrir. Ai-je manqué de guts? Mmmmm peut-être un peu oui. Je vais travailler là-dessus. Mais bon, pour une première course de l’année et les doutes qui viennent avec elle, je suis plutôt satisfaite. Et pfffff, j’ai quand même poussé dans le dernier 300 mètres. ;)

Résultats détaillés sur Sportstats

C’était très plaisant tout ça et pas que pour moi. Voici les gars du 10k qui sont passés sur le podium avant moi. De véritables boute-en-train. «Le plaisir de la performance» à l’état pur… et un peu surexcité. :)

Gagnants du 10k. Source: MEC.ca

Gagnants du 10k. Source: MEC.ca

Et au retour, une sortie avec ma fille que j’entraîne pour son 10k dans le cadre de Filles actives, une organisation que je trouve formidable. Pis en plus, j’apprends qu’un ami que j’aime beaucoup a écrabouillé son précédent PB sur 21k au demi Scotia ce matin. Et qu’il est rempli de fierté perso avec sa course gérée d’une foulée de maître. Et qui cerise sur le soulier, a brisé la mythique barre des 1h30. (Mythique barre ou putain de barre de 1h30? Ça dépend du résultat…)

Sur ce, je me sauve dans la douche, souper en grosse gang ce soir. Un beau dimanche quoi. :)

Et place à la suite de ma saison!

Bonne course à tous!

Mots-clés :
 

26 réponses à Une saison qui commence bien!

  1. M-Runner dit :

    Ça commence fit moi je trouve « la grande »!! ;-)

    • Pascale dit :

      J’espère que mon texte n’a pas sonné ‘négatif’ parce que oui oui, j’ai rentré un 15k en 1h02 sur un terrain mouillé et j’en suis bien heureuse. Merci pour tes fidèles encouragements. :)

      • M-Runner dit :

        Non pas négatif mais je sens que tu as déjà hâte à la prochaine… on n’arrête pas les gens comme toi d’en vouloir plus. ;-) Je viens de voir les photos… beau terrain de jeu… et la photo de l’article sur la page principale pourquoi tu ne l’as pas mise celle là en gros? ;-))

        • M-Runner dit :

          PS: Arrête de partir derrière ok? Il y a des touristes qui partent en avant et des podiums qui partent derrière, c’est le monde à l’envers!! :-))

          • Pascale dit :

            Je voudrais bien te le promettre mais hein, j’arrive même pas à me le promettre à moi-même!

            Sinon pour la photo, bah, je suis finalement toujours toute gênée sur un podium. Je me pensais plus détendue sur celui-là… même pas. Ça donne des photos coincées. Et qui aime les photos coincées, qui! Les gars du 10 sont bien plus drôles. :)

  2. Lalande Michèle dit :

    Bravo et comme je suis contente pour toi. Ça s’annonce « terrible » en 2017!
    Et pour Elza: Continue ma Grande, c’est formidable!
    Pascale,Tiens-nous toujours au courant de tes courses!, même les « petites »!

    xx

  3. Elza Pelletier dit :

    Bravo maman! Je viens d’arriver et encore merci de m’entraîner. T’es la meilleure!

  4. Julien dit :

    un petit 15km/h sur terrain gras c’est que le moteur tourne déjà bien pour lancer la saison !

  5. PST dit :

    J’y étais et je me demande même si c’est de moi et du coureur que je suivais que tu parles. Je suis parti trop vite et toi tu avais l’air solide. Tu nous as quitté rapidement ! Bravo championne pour le podium loin devant les 2 autres femmes.

    • Pascale dit :

      Pssst: Merci. :)

      Et en effet, j’ai fini par me réveiller. Sortir du lit à 8h et être au départ à 9h dans une autre ville, le réveil n’était pas complet. Après la course, j’étais enfin prête!

    • Pascal Nadeau dit :

      Je suis possiblement l’autre coureur. (Terminé 6e au 15k, avec chandail bleu Schtroumpf) C’est triste que ce soit chacun pour soit ces courses. La prochaine fois, malgré la compétition, je vais essayer de jaser un peu. Il faudrait au moins se saluer et s’épauler minimalement tel que se souhaiter bonne chance…

      • Pascale dit :

        Attention avec les analogies, c’est un plan pour que «Schtroumpf» devienne ton surnom officiel ici. :)

        Mais hé Pascal, je t’ai parlé moi quand tu m’as suivie un bout! Tu n’as pas entendu? Je t’ai levé le pouce en l’air, t’ai dit sers-toi de moi pour couper le vent! Avec le sourire. En tout cas, jaser je ne sais pas si je peux sur moins de 21k (GULP!), mais je t’ai clairement salué. :)

        Cela dit, encore bravo pour ta course et au plaisir de se recroiser sur un circuit!

        • Pascal Nadeau dit :

          Ça va pour le Schtroumpf! Encore faudra t’il que tu identifies lequel. Ça viendra avec le temps. Il s’agit de mon unique seconde course à vie (je fais absraction des courses familiales). À la première (MEC), en février dernier, j’avais terminé 10e au 10k. J’avais perdu un temps inouï au départ, étant à la fin du peloton. J’ai donc appris de mes erreurs et pour celle-ci, je fus non loin de la tête. Puisque ton départ fut erratique, je crois que tu m’aurais coiffé au fil d’arrivée. Tu mets donc en jeu mon honneur de mâle! J’ai plutôt intérêt de garder la forme! Je compte sur le meneur de cette épreuve, Marc Flageole (4 minutes devant moi: misère!), qui agit également comme coach à mon club de tri, pour veiller au grain.

          Oui tu m’as parlé. J’avais de la musique style « confidence boost » dans le tapis et je n’ai effectivement rien entendu. Ça faisait déjà un temps que tu m’avais dans les mollets et je me suis alors dit que tes propos devaient être du genre: « fou moi la paix ». J’ai donc feigné comprendre puis ai esquivé un sourire réservé. Je suis surpris d’apprendre ce que tu as dit.

          Par ailleurs en te suivant, j’ai tenté d’évaluer la traînée (pardon, très mauvais choix de mot, disons plutôt résistance aérodynamique) induite par ta chevelure volumineuse et abondante qui créait toute une turbulence derrière toi. Je crois avoir bénéficié de ton effet d’aspiration. merci.

          • Pascale dit :

            Je vais laisser mijoter le Schtroumpf et trouverai bien lequel avec le temps. ;)

            Tu compares avec Marc Flageole mais tu as je suis sûre le quart de ses années d’entraînement? Persévère, tu as un sacré potentiel!

            Hihi, pas mon genre de dire «Fous-moi la paix» sur un parcours, mais j’avoue que j’enviais ta position caché-du-vent derrière moi. :)

            Je suis crampée pour ton dernier paragraphe. Vous avez une jolie plume, Monsieur. ;)

  6. Simon B dit :

    Oh yeah! Excellent début de saison

  7. FABRICE dit :

    Superbe autre première place, ce n’est que le début,ça va chauffer les prochains mois ;-)

  8. Isabelle dit :

    Quel début de saison! 1h02 dans du « mou »…. Il faut dire que tu connais le parc pas cœur, ces petits secrets ont dû te revenir assez rapidement. Effectivement, 15 km est une drôle de distance pour ne course: pas 10 et pas 21…. tu as géré une entre les deux!

    • Pascale dit :

      Oui et je l’aiiime ce parc. J’essaie d’y aller encore de temps en temps. S’il y avait un endroit sûr pour y laisser son vélo (Longueuil est-elle encore la capitale du vol de vélo?), je ferais souvent un duathlon en entraînement!

      Merci Isa!

  9. Christos2424 dit :

    Franchement, un gros BRAVO pour cette performance initiale… Merde pour le reste de l’été et je te souhaite un peu de soleil, ça fait de plus belles photos…;)

    • Pascale dit :

      Je suis prête à laisser tomber les belles photos, ça court tellement mieux sous un ciel couvert! Je t’en souhaite à toi par contre. :)

      Merci beaucoup Christos!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Cocher pour recevoir les commentaires à venir via courriel ou s'abonner sans commenter.