Saperlipopette. Ma récente réflexion sur le sens d’un blogue public a provoqué nombeuses réactions, ici ou par messagerie. Je suis touchée.

Et parce que des fois je parle des pots reçus, je dois le dire, là, ce sont des fleurs qui sont rentrées. Et un gigantesque bouquet en plus! Si je me demande à quoi sert un blogue perso sur la course, je dois admettre que ce message y répond en grande partie.

Je le partage ici, avec la permission de l’auteure (qui pourra toujours se manifester).

**

Bonsoir Pascale,

Je fais partie de ces lectrices de ton blogue qui ont lu chacun des textes que tu as publiés, mais qui n’ont jamais commenté et qui auraient probablement gagné à le faire, ne serait-ce que pour que tu saches ce qui suit.

Je me suis « abonnée » à ton blogue en novembre 2014 et, depuis, je reçois un courriel chaque fois que tu publies quelque chose.

Voir « [Pascale Berthiaume | Coureuse] Nouvel article » apparaître dans ma boîte de réception s’est accompagné à toutes les reprises d’un immense sourire devant mon écran d’ordinateur au travail et a également été suivi toutes les fois d’un « Pascale a fait ceci… », « Pascale pense que… », « Pascale a réussi à… », « Pascale… » à l’heure du souper et d’une (voire plusieurs) relecture avant le moment du coucher. Comme si tu étais un membre de la famille ou une amie proche dont je partageais les nouvelles avec enthousiasme.

Des athlètes exceptionnels, bien qu’ils constituent une « exception », il y en a tout plein. Des athlètes comme toi, je n’en connais personnellement aucun, et ton blogue est également unique en son genre.

Pourquoi? Parce que tu offres un « modèle » différent. Tu es une femme. L’une des meilleures coureuses du Québec. Tu ne fais pas partie d’un club. Tu n’as pas d’entraîneur. Pas de commanditaires. Tu veilles à ne pas te blesser. Tu conjugues à merveille plaisir et haute performance. Tu as un humour incroyable et un sens du récit admirable. Tu ne choisis pas tes courses en fonction du degré d’exposition qu’elles te permettront d’obtenir. Tu réponds avec une gentillesse et une générosité infinies à tous les messages qui te sont écrits. Tu as une immense et magnifique crinière et j’ai toujours envié les personnes aux longs et beaux cheveux. ;) C’est pour tout cela que tu m’inspires et que je te voue la plus grande des estimes.

Pendant des mois, tes écrits m’ont fait réfléchir (beaucoup et en majuscules), m’ont fait rire aux larmes (le récit de ta course avec Isabelle qui t’a ouvert le chemin – quel chemin? – à vélo restera à jamais gravé dans ma mémoire), m’ont émue, m’ont transportée.

Pourquoi n’ai-je rien dit, rien écrit? Principalement parce que j’ai tenu pour acquis que tu savais. Un peu comme quand une actrice en vogue se fait répéter à l’infini qu’elle est belle. Faut-il n’avoir rien à dire pour lui souffler encore à l’oreille combien elle est ravissante? J’ai supposé que tu étais consciente de l’effet que tu avais sur tes lecteurs, que tu connaissais bien ce don particulier qui est le tien.

J’ai été secouée en lisant ta dernière publication jeudi dernier. Au point où, contrairement à mon habitude, je n’en ai pas parlé au souper. Je lis plusieurs blogues, pour des raisons diverses, et malgré le plaisir que je prends à le faire, j’aurais préféré qu’ils ferment tous si cela avait permis au tien de survivre!

Tu t’es questionnée sur les raisons pouvant te motiver à continuer de partager tes récits de course, tes réflexions et interrogations… Est-ce que ce que tu as d’unique et qui a été nommé ci-haut peut s’avérer un élément suffisant? Tu changes tellement de choses dans la vie de tes lecteurs. En tout cas, dans la mienne.

La décision est évidemment tienne concernant la poursuite ou non du blogue. Advenant la première option, je suis convaincue qu’il y aurait possibilité que tu trouves une façon de le faire sans te sentir vampirisée.

Quoi que tu décides finalement, je tenais au moins à te glisser à l’oreille combien je te suis reconnaissante pour tout ce qui précède. J’ai écrit mon commentaire d’une traite et je suis probablement allée dans tous les sens, mais j’espère qu’au-delà des mots tu saisiras l’essentiel de ce que je voulais te témoigner.

Merci Pascale! :)

**

Merci à toi S.

 

42 réponses à Les mots qu’on reçoit

  1. Je pense tout ce que cette lectrice a écrit.
    En passant, oui les longs cheveux sont très beaux. Quand j’ai parlé de toi sur mes sites, une photo de toi avec long cheveux avait soulevée des statistiques records. Tout comme mes autres mentions sur la performance au féminin. :)

  2. M-Runner dit :

    Mérité! Moi aussi tu me motives. Chaque fois que je me sens lâche je pense à toi, je me dis que Pascale n’arrêterait pas et ça me relance. Tu m’as donné le goût de la petite coche de plus… (je suis moins bon pour écrire des mercis je pense que tu le sais) :-))

  3. Pascale dit :

    Oh la oh la les gars, merci mais repartez pas pour un autre «round» de mercis, c’était vraiment pas le but cette fois. Je me suis dit que pour les fois où on parle des «pas fins», faudrait bien parler des «fins». C’est tout. :)

    Pis comme ça, ça me donne des crédits pour un autre billet moins fin! Hihihihihihi, ok je niaise. :D

  4. JP - supporteur et photographe très amateur dit :

    Oui, les bouquets s’accumulent et c’est tellement mérité!

    • Pascale dit :

      C’est ta remarque hier, comme quoi il y a beaucoup d’énergie investie dans ce message reçu, qui m’a inspiré d’en faire un billet. Contagieux les bons mots, contagieux… :)

  5. Claire dit :

    Moi aussi je pense tout ce qu’elle te dit! C’est toujours avec grand plaisir que je vois apparaître l’annonce d’un nouveau billet dans ma boîte de courriel. J’ai parfois commenté (ici ou sur fb); mais les fois où je ne me manifeste pas, ce n’est certainement pas par manque d’intérêt, bien au contraire!

  6. Michèle Lalande dit :

    Comme je suis heureuse de constater que je ne suis pas la seule à adorer ta « plume »!

    • Pascale dit :

      Chère mam…Michèle que je ne connais pas du tout du tout,

      Vos mots, clairement appuyés sur une objectivité sans faille et dénués de toute partialité me vont droit au coeur.

      Je vous embrasse et espère vous rencontrer bientôt.

      Bien à vous.

      L’auteure de ce blogue

  7. Emilie dit :

    Yeah! Merci S. Pour cette belle lettre où les pensées ne partent pas dans tous les sens! Au contraire, tout est si bien exprimé! (Eh eh, mois aussi j’aime voir le fameux courriel d’annonce d’un nouveau post ;-))
    Pascale est une coureuse exceptionnelle du Qc, merci de l’avoir souligné!
    Vive les fleurs Pascale!

  8. Phil dit :

    Cette lettre résume bien ce que la « majorité silencieuse » qui lit ton blogue pense. C’est très motivant et enrichissant de lire tes aventures de course. Tu es authentique, fier de tes performances et tes billets sont toujours intéressant (comparativement à beaucoup de blogues de course anglophones qui deviennent de la promotion de produits dérivés). Bravo encore !

    • Pascale dit :

      Ben là! Trop gentil. Avoir su… j’aurais écrit ça bien avant. ;)

      Et trop vrai pour les produits dérivés. Je trouve moi aussi que beaucoup de blogues de course perdent de leur essence. J’ai justement fait un statut sur le sujet dans mon petit FB…

      Enchantée Phil! Et Merci.

  9. Norm dit :

    Allez, fais ta Dodo et reviens pour un autre Bye Bye..oups ! .Guy Lafleur aussi avait une magnifique crinière et il a fait un retour !… Pense à ton photographe qui n’aura plus de platform pour être publier…..pense au  »nono » qui ne se fera plus traiter de nono. Mais, avant tout, pense à toi.

  10. Isa dit :

    Ayoye! Moi, je serais prête à embaucher cette plume drette-là comme «écrivain fantôme» pour mon blogue hihihi! Je savais que tu nous laisserais pas en plan. Suis contente que tu aies reçu ce si beau message, t’as vraiment eu une sacrée prime! (en référence aux commentaires qui sont la paie du blogueur, évidemment!). Au plaisir de te lire!

  11. Whowantstodust dit :

    Comme je te l’ai déjà dit, ma plume n’est pas aussi fine que la tienne mais je tiens tout de même à te remercier et te dire, tout comme « S. » (j’approuve son message) que tu m’inspires et que je suis heureuse pour toi et tout tes bons coups. Belle continuation. Merci d’accepter mon bouquet, je te l’offre avec joie.

  12. isabelle Watier dit :

    Quel bonheur de voir apparaître dans ma boîte courriel: « un nouveau message de Pascale… »!
    Les fleurs données gratuitement, en surprise et sans attente sont vraiment celles qui font le plus plaisir à recevoir. C’est pour des personnes comme S que tu écris… ( je sais que les gens négatifs gâchent notre plaisir et pour ma part je sais que j’y attarde trop d’importance…)
    Te reconnecter avec le plaisir que tes écrits suscitent, ça c’est ce qu’il y a d’important.

    • Pascale dit :

      «Te reconnecter avec le plaisir que tes écrits suscitent, ça c’est ce qu’il y a d’important.»

      En plein coeur de la cible. Tu tires bien. :)

      Et ouais, pas facile d’oublier les quelques poids négatifs du merveilleux monde de la course. Ou disons, de l’humain quoi… D’où la publication de ce courriel reçu en surprise. :)

      Merci Isa.

  13. France Jolicoeur dit :

    Je pense pareil, je lis tout ce que tu écris et je me réfère souvent à ton site pour utiliser les liens des outils en ligne. Je ne commente pas parce que je ne suis pas de ton calibre. Mais je te lis et je porte maintenant des Hoka :-)

    • Pascale dit :

      Très très gentil de t’arrêter ici me le dire. Ça ajoute au pourquoi tout ça. Ça a peut-être l’air d’un exercice très… disons… (je cherche les bons mots) personnel visant à recevoir des fleurs que mes 2 derniers billets, mais non, c’est pas ça. J’ai assez de gens qui m’écrivent dans ma vie perso pour en retirer de la reconnaissance. Non ici, c’est juste un genre de :

      «Mais hé ho, à qui j’écris moi là? Pourquoi ce sont toujours les mêmes qui se manifestent? Que dois-je faire de tout ce trafic anonyme?».

      Et puis arrive un petit mot comme le tien qui aide à voir tout ça d’un autre angle. :)

      Et pis hihi pour les Hoka. :) Je dois dire que les miens ne me servent que l’hiver. Et même que je suis due pour une billet chaussure parce que même Mizuno a été mis de côté. Oui mesdames messieurs! :D

      Merci France. ;)

    • Pascale dit :

      Et ah oui aussi, j’oubliais de dire à France que le «calibre» et la pertinence de commenter ne sont absolument pas reliés, pas chez moi en tout cas. :)

      Mais l’amour de la course, le goût de l’entraînement et l’intégrité, ça oui. :)

  14. Josée dit :

    C’est vraiment un beau témoignage qui représente ce que je pense. J’espère bien te lire à nouveau. ;-)

  15. Miss coach dit :

    Ce beau message reflète ce que des centaines de lecteurs pensent sans jamais le dire. Tes récits me motivent également. Merci de les partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Cocher pour recevoir les commentaires à venir via courriel ou s'abonner sans commenter.