Oh que je suis sur une patte ces temps-ci!

Sur une patte parce qu’il fait ridiculement trop beau, que les grosses courses de fin de saison arrivent et que j’ai 3 fichus de beaux gros X sur mon calendrier automnal! Les bonnes vibrations, je disais.

**

Au mont St-Hilaire. Merci à m’sieur Jacob pour la photo, expert en selfies et généreux bénévole en trail un peu partout au Québec.

Sur une patte parce que le plus dur de mon entraînement pour le demi-marathon de Montréal ce dimanche est commencé depuis vendredi: l’affûtage! Pas de farces, je dois négocier avec moi-même 2-3 fois par jour pour m’en tenir à mon plan de match.

La photo sur l’accueil, c’est d’ailleurs la seule impro de mon affûtage (le jour 1 par contre) quand je suis allée rejoindre un ami coureur sur un coup de tête au Mont St-Hilaire après mon dernier gros entraînement le matin (c’est la faute au beau temps). Mais sinon, je tiens bon. (On est-ti juste lundi?

**

Sur une patte pour ce 21k parce qu’à voir le surplus de beau temps qu’on a, ça s’annonce beaucoup trop chaud pour un record perso déjà accoté serré (ça se dit?), soit battre mon 1h27’19 de mai dernier. Et on s’entend que je gratte des secondes. À 27 annoncé (le matin! Et 35 le midi!), c’est partie remise pour le PB (j’ai déjà une destination en vue la semaine suivante, reste à ne pas trop pousser à Mtl et me contenter d’un entraînement).

J’en profite pour déclarer officiellement que le marathon de Montréal est trop tôt dans la saison! Avec les changements climatiques, il y a clairement une nouvelle place de choix pour un marathon en novembre ici, au Québec.

Cela dit pour dimanche, pas de panique! Si c’est le cas et qu’on cuit comme du bétail dans un champ de béton, je ferai comme pour le 21k de Sherbrooke, soit ‘switcher‘ mon mental et courir pour le classement même si j’y suis moins habituée entre les deux oreilles. Il y a environ 15 000 coureurs au 21k de Montréal, dont 50% de femmes. C’est de la grosse course ça… j’ai hâte!

**

J’étais sur une patte car après mon pénible 15k de Boucherville où je me suis solidement pété les fibres musculaires, j’ai mis du temps à récupérer, beaucoup plus que d’habitude après ce que j’appelle une semaine choc. Ce sont les ischios qui ont boudé plus longtemps. La science de la récup, je pense n’avoir jamais autant lu là-dessus que dans le dernier mois. :) 

**

Sur une patte, c’est le thème d’une étude lue récemment. Mon genre d’étude, car je dis souvent que ça prendrait 2 vies parallèles pour vraiment savoir si on fait les meilleurs choix ou encore ce qu’on aurait pu réaliser comme chrono dans des conditions identiques (internes et externes à soi, unique combinaison) en changeant X ou Y.

Tadam! Une gang de Norvégiens sont allés jouer dans ce filon. Ils ont testé les effets sur les fibres musculaires de cobayes, mais pas pour les comparer entre eux, mais bien en soumettant chacune de leur jambe à des entraînements équivalents mais répartis différemment.

La question de fond en était une qui revient souvent : Le bi-quotidien, est-ce plus efficace pour progresser?

La question n’était PAS de savoir si le bi-quotidien est bon, car on en connait déjà tous les bienfaits. L’étude cherchait à savoir si c’est plus payant physiologiquement de faire par exemple 2 X 5 km plutôt que 10k dans une journée. 

Ainsi, chaque personne devait pédaler d’une jambe X minutes. Et ensuite de l’autre jambe pour un même total de minutes, mais divisé cette fois en deux blocs, matin et soir. Un gros mois comme ça. 

Vous me suivez? Les mêmes conditions, chaque jambe appartenant à la même personne (mon cher Watson). Donc avec la même fatigue, dans le même 24 heures, la même semaine, même mental, même poids, même température, etc. 

La réponse? Oui. À totaux égaux, les fibres entre autres se reconstruiraient mieux lors d’un bi-quotidien. (Ouais, dégueu la ponction de fibre dans une jambe…) Et quelques autres marqueurs clés. 

Est-ce à dire qu’il faut tout remplacer par du bi-quotidien? Jeter la longue? Couper tout en 4 sorties… 8 tant qu’à y être? Maaaaiiiis non. Par contre un bi-quotidien de temps en temps, pourquoi pas, ça fait pro en plus! :)

Pssssst : À mes amis triathlètes pour qui le bi c’est quotidien, ne riez pas de nous, on est ‘juste’ de pauvres coureurs. :)

**

Finalement, je suis sur une patte parce que… ben parce que c’est l’automne que la montagne me fait de l’oeil pendant que mes objectifs tirent de l’autre bord. Tout me tente! Je me suis surprise à réfléchir à un petit 55k à Bromont avant Toronto en me disant que ne serait pas si dommageable puisque j’ai deux belles grosses semaines (d’automne) pour récupérer. (Attachez-moi quelqu’un!)

Pas de panique, je ne le ferai pas même si l’offre de courses en cette saison colorée m’est absolument crève-coeur tellement il y en a des belles tout partout, de tous les genres. Mais pourrait-on au moins nous donner 2-3 mois de plus d’automne svp? :)

Que la fête commence!

**

Pis vous, comment vont vos deux pattes?

Mots-clés :
 

21 réponses à Sur une patte

  1. Norm dit :

    Un calendrier XXX…….on veut le woir..

  2. Cyberghis dit :

    J’ai mis la pédale douce ! Douleur à l’ischio droit. La douleur augmentait de course en course. Je crois qu’il faut arrêter quand c’est le temps 1 semaine ou 2.
    J’ai couru ce matin, pas de douleurs ce PM ! Bon signe.
    Je reprendrai doucement la course avec du Badminton au programme ! Focus sur mon objectif de 1000 milles en 2017 et un 2ème marathon au printemps 2018. Tu en a terminé avec Strava ?
    Merci pour tes publications et bon automne.

    • Pascale dit :

      Ahhh les ischios, ces grands sensibles. :)

      Merci pour les nouvelles. Je te souhaite tes objectifs haut la main. (As-tu arrête ton choix pour le marathon de printemps)? Et du bon badminton, je n’ai toujours pas retouché à une raquette, mais l’envie que tu m’en as donné tient bon. :)

      Pour Strava j’y reviendrai peut-être, mais j’ai ‘éteint’ mon compte pour l’automne. Je ne trouvais pas ça juste de recevoir des bravos et de manquer de temps en retour pour suivre comme il faut tout ce monde! :)

      Merci pour ton mot!

      • Cyberghis dit :

        Ça sera Ottawa ou Longueuil. J’ai fait le 21 de Longueuil ce printemps. Belle organisation et beau parcourt plat. J’ai jamais fait Ottawa. ça me tente…

        • Pascale dit :

          Je connais, c’est du PB sur ce demi de mai dont je parle dans ce billet. ;)

          Oui, super bien organisé, plat et dessiné pour de la vitesse. Et déjà 4000 coureurs l’an passé à l’événement, ça devrait être encore plus gros en 2018. Et Ottawa, un classique. Les avis ne manquent pas. Bonne réflexion!

  3. Sonia Santerre dit :

    En cette belle saison colorée (surtout du jaune du soleil ;-) ) et bien je me sens sur une patte aussi, même si d’autres circonstances m’y freinent (ou plutot m’y ont freiné) un peu, mais bon, je sens que ça revient…. Je suis décidément plus une fille d’automne, ou plutôt de septembre en montant :-) Mais au moins, comme j’ai pris la décision en début d’année de ne pas penser perfo pour 2017, ça me permet de m’éparpiller un peu… mais avec un envie qui me titille pour un demi à Philly !
    et en passant, j’aime bien le petit résumé de l’étude sur les doubles sorties (quand même pas pareil que le tri ou les bi-sorties concernent plus d’un sport et non le même!!)
    Sur ce, bon demi dans la chaleur! moi pour une fois elle fera mon affaire, je serai en vélo pour un granfondo ce dimanche!

  4. Pascale dit :

    La chaleur pour un PB en vitesse récemment repoussé, je le re-souligne, parce que je reçois des messages du genre ‘Moi je l’ai fait mon PB dans la chaleur’. Mais son PB datait de 3 ans. Moi aussi si j’avais pas couru de demi depuis 3 ans tout en m’entraînant, je ferais un PB sans doute dans la chaleur. Mais toi tu sais, je sais. :)

    Cela dit, à vélo ou dans l’bois, elle me va aussi! C’est lequel ton Gran Fondo?

    Moi pis les inscriptions d’avance… Pfff… Dire que j’ai chosi Montréal au lieu de Québec, qu’il a fait 10 à Québec et qu’il va faire 1000 à Montréal! :)

    De belles nouvelles ça So, bien contente de lire ça. Et profite bien de la fin de 2017 pour te laisser aller, ça te va bien aussi je trouve. :)

    • Sonia Santerre dit :

      Granfondo de Megantic…. avec très peu de vélo dans les pattes ces dernières semaines (me fiait au demi de Placid, mais bon)… devrait y avoir déjà des belles couleurs la-bas :-)

      Si le cardio revient comme avant l’épisode bronchite, certain que tentant de se laisser aller… mais mausus… toutes les courses sont en même temps !!!!!

      • Pascale dit :

        Ohhhh ça va être beau là-bas sans doute oui!

        Oui, fou braque pour l’offre de courses. C’est pour ça me semble qu’elle devrait être étendu au mois de novembre. «Novembre est le nouveau octobre». Bon, peut-être pas au niveau des couleurs, mais point de vue degrés, des 6-10 le matin, comme à Philly d’ailleurs, ça finit l’année sur des PB. Et ça donnerait même une chance à certaines organisations d’avoir plus de monde. Là c’est carrément déchirant.

        • Pascale dit :

          …et peut-être même que je vais m’en garder dimanche et faire ça en training, et me reprendre pour le PB à Granby ou Rimouski la semaine suivante… si l’été nous quitte! À suivre. :)

  5. Mirichan dit :

    Moi, je cours déjà pas très vite mais j’espérais bien faire mon demi ce dimanche en 2H15-2H20… mais c’était avant la cuisse douloureuse et surtout… surtout la grande chaleur annoncée… disons que je vais courir pour le plaisir car j’ai vraiment pas le goût de me retrouver à l’hôpital… comme tu dis, va falloir décaler d’un mois !!!! ? Bonne chance dimanche!

    • Pascale dit :

      Bonjour Mirichan! Bienvenue ici. :)

      Je sortirais bien le calculateur de coût de la chaleur sur le chrono, mais en haut de 25 degrés (ne pas oublier non plus l’effet du soleil sur l’asphalte, c’est beaucoup plus chaud au coeur d’une course sur route, avec la foule qui dégage de la chaleur en plus que ce que le site météo indique), mais bref, ça devient carrément trop délicat, et comme tu le mentionnes, ça peut même être dangereux. Alors oui, une course au feeling sera notre meilleure option à tous. :)

      Pour le reste, les rues seront à nous, dans une ville que j’aime, et pour ma part, avec une arrivée à un km de chez moi. Difficile de ne pas aller au moins le courir. :)

      Bonne course à toi aussi… et merci pour ton commentaire!

  6. M-Runner dit :

    Québec… je ne veux pas tourner le fer dans la plaie mais je te l’avais pourtant dis… ;-)) Je te souhaite quand même le meilleur possible dimanche!!

    • Pascale dit :

      Toi, me parler du marathon de Québec? Non, aucun souvenir? ;P

      Mais comme si on pouvait prévoir qu’au 42k de Québec en août, en 2017, ça allait être le marathon sur 10 avec une météo de rêve? Pfff.

      Merci. ;)

  7. Anne-Marie dit :

    Aller, aller, viens faire 55k à Bromont!! :P

    Pour rebondir sur ton argument des 2 trainings, il m’est arrivé de faire un PB de vitesse sur le 2e training dans la même journée. En juin dernier, entraînement au Mont-Royal sur l’heure du lunch et PB sur 5k en soirée, à la course des Pompiers. On dirait que le fait d’avoir réchauffé les fibres musculaires plus tôt en journée aide pour le 2e entraînement.

    Pour les longues, je suis cependant perplexe. Je ne sais vraiment pas si 2 X 15km = 1 X 30km. Je serais portée à croire que non mais que c’est « mieux que rien ». Pour le marathon de Washington du 11 mars dernier, j’ai dû fonctionner un peu comme cela car ce n’était pas évident de faire 30km dehors dans la cassonade ou à -30 degrés. J’ai fait plusieurs combinaisons, 3 X 10km, 1 X demi + 1 X 10, 1 demi le samedi + 1 demi le dimanche. J’ai fait un PB au marathon mais est-ce que j’aurais pu faire encore mieux si j’avais fait 4 ou 5 fois des 30km ou plus comme je le fais habituellement? Est-ce que j’ai fait un PB car je suis en progression constante depuis 2 ans? Je le sais pas.

    Bref, j’aime bien faire 2 entraînements par jour, je me sens badass quand je le fais lol!! Dans notre vie quotidienne occupée, il faut parfois user de notre imagination pour pouvoir suivre un plan de match et se préparer adéquatement pour une course A. Donc de faire 2 sorties peut aider en ce sens.

    Pour le Bromont Ultra, c’est le temps sur mes jambes qui compte. Donc je suis parfois sortie jusqu’à 4 fois dans une journée! Chaque km est important et je n’ai jamais regardé le pace.

    • Pascale dit :

      Exact. Ça fait partie de tous les bienfaits du bi-quotidien, que de se servir de la première sortie comme échauffement ou encore de la 2e sortie comme récup, mais tout ça pour alimenter l’autre. Ça, et pouvoir coller pas mal plus de km dans un semaines sur moins de fatigue.

      Mais bon, c’est intéressant de savoir que selon cette étude, qu’à énergie dépensée également (temps, vitesse, etc.), le corps a une réponse de reconstruction plus efficace en deux blocs.

      Pour les longues, je pense qu’il demeure crucial d’en faire, car il faut travailler l’endurance et en course, on n’a pas de pause d’une demi-journée.

      Et tu m’apprends ton marathon de Washington! Et en effet, un entraînement dans la neige coûte pas mal plus en énergie. Le bi-quotidien devient une bonne option en effet.

      Pour les PB les premières années, en général, on les cueille quasi chaque course (quand on s’entraîne comme il faut). C’est après que ça se corse. Il reste de moins en moins de temps à égrainer, les minutes ayant un un poids relatif. On peut imaginer le travail pour retrancher 5′ pour les marathoniens de 2h10 mettons! Ouf!

      Finalement, avec ta marmaille, c’est déjà un exploit ce que tu arrives à faire en vue de tous ces beaux défis! À Bromont, j’y serai au moins en pensées avec toi, Sonia et quelques autres, ça, pas de doutes!

      Merci pour ton commentaire et ton expérience!

  8. julien dit :

    Est-ce qu’il ne faudrait pas mieux couper chaque jambe pour procéder à un étude approfondie ?
    Moi aussi j’ai hâte d’être en automne. Sentir la fraîcheur du bois, brasser les feuilles et voir la fumée de son souffle à la fin de la séance !

    Si tu trouves les réponses pour le biquo et la meilleur méthode de récup, je suis intéressé !
    Je l’ai pas mal pratiqué, mais pas pour remplacer la sortie longue. Dans mon cas c’est un moyen d’augmenter mon volume sans avoir / pouvoir faire des séances de plus de 1h30 « hors week-end ».
    Typiquement les jours de vitesse et tempo (le midi) je faisais 40 à 45′ de footing d’échauffement le matin tôt. Je totalise ainsi 7 + 14km plutôt que 15 à 17 d’un coup, avec moins de fatigue et plus de km.

    • Pascale dit :

      En effet, une rondelle bien coupée, on recolle le reste, ce serait sympa de la part des cobayes. Pis en plus, ce serait à chaque jambe, tout ça demeurerait égal. C’est quasi sans conséquences. Fou comme je trouve les coureurs peu généreux quand vient le temps de contribuer au savoir de leur communauté… :P

      Tout à fait pour tes séances de vitesse et tempo, je fonctionne aussi comme ça. Et pour les longues, comme je dis plus haut à Anne-Marie, faut bien s’entraîner aussi en endurance pure. Rares sont les marathons (ou autres plus longues courses) en deux parties. :D

      Merci Julien! (Et oui, vais essayer de ramasser mes réflexions et lectures sur la récup pour un éventuel billet…)

  9. Eric LeVoisin dit :

    Intéressant comme étude. J’ai commencé à aller travailler en courant, comme tu le sais, simplement parce que j’haïs me promener en char. Entre le vélo et la course, je choisis 99 fois sur 100 la course. Mais je pensais que je « trichais » un peu, c’est-à-dire que je gonflais mon kilométrage en en retirant moins de bénéfice qu’à kilométrage égal en une shot. Hmmm. Intéressant, en effet.

    • Pascale dit :

      J’avais les mêmes doutes. Deux passent tellement mieux que un dans une journée qu’il était normal de.penser qu’on s’entraîne moins fort. En tout cas, c’est qu’une étude, mais c’est déjà ça. L’inverse ne semble pas avoir été démontré. Je vais rester attentive au sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Cocher pour recevoir les commentaires à venir via courriel ou s'abonner sans commenter.