Bel exercice de réflexion que ce blogue de course qui fut officiellement lancé en avril 2014. Plus de 30 000 visites. Pour un sujet aussi précis, en français, sans support dans les réseaux sociaux, c’est pas mal du tout!

Mais comme il arrive à nombreux blogueurs, me suis levée un matin et… je ne voyais plus trop la raison d’écrire. À tout le moins de cette façon. Une amie coureuse qui tenait un blogue et qui l’a elle aussi mis de côté, me l’avait bien dit: «On fait le tour tu verras.»

Je crois que ça y est.

Ce carnet virtuel, qui se voulait avant tout un lieu de partage (réflexions, questions, expériences) demeure une belle réussite. Je n’ai certainement pas attiré tout ce trafic et compté autant de lecteurs assidus pour rien.

Mais… tout ça m’a semblé… insensé un matin. J’ai cherché une raison, attendu, et rien à faire, panne de… courant. Pourquoi étaler mes réflexions, mes bons et moins bons coups de coureuse? Plus aucune piste de réponse.

Et si on ajoute à cela les questions qui entrent par dizaines (que me conseilles-tu pour ceci, ou devrais-je séjourner pour tel marathon, etc., etc.) ainsi que les remarques de bas étage reçues directement ici ou via les échos, alors que je fais ça entièrement gratuitement et pour le simple plaisir du partage, en échange de rien du tout, ça commence à être difficile d’y voir clair.

Lorqu’on est chroniqueur rémunéré, c’est autre chose.
Lorsqu’on joue le jeu de la commandite en échange d’écrits, une autre.
Mais bloguer pour offrir ses points de vue, conseils acquis à coup d’essai-erreur en échange de rien? Mmmmm…

D’autant plus que le sens du partage de ce blogue fut très limité. J’ai eu bien sûr mes fidèles commentateurs à qui je tiens à dire un gros merci. MERCI. Vos commentaires furent énormément appréciés. (On se voit sur Facebook…)

Mais ces lecteurs qui se donnaient la peine de me signaler au moins une fois de temps en temps leur appréciation étaient quoi, une vingtaine? Sur plusieurs centaines à venir lire billet après billet (oui oui toi, qui es toujours au rdv pour lire mes nouvelles aventures mais qui n’a jamais laissé un seul -Coucou- oui je parle de toi).

Autrement dit, ce n’est pas mon esprit du partage. C’est sûrement différent pour par exemple, les athlètes qui se font des pages promo sur FB et qui ont du feedback à coup de -J’aime-, mais pour un blogue, le faible taux de commentaires par rapport au grand nombre de visites est… un vide qui résonne.

Alors pourquoi écrire publiquement, gratuitement, sur la coureuse que je suis? Je cherche la réponse depuis le mois d’août après mon marathon de Reyjkavik. Et je ne la trouve pas.

Cela dit, la motivation pour courir est toujours là soyez rassurés! Hormis une douleur qui a dépassé le 3/10 (ma limite avant de modifier mon plan de match) pendant quelques semaines, tout va bien.

J’ai même enfilé enfin un marathon sous 3h09.

Un demi sous 1h29.

Et un 5k sous… ben non, me suis complètement plantée encore une fois sur un 5k. Hahaha! Et pas de côtes cette fois. Bien plat. Aucune explication autre que je suis partie ridiculement trop vite, encore plus vite qu’à mon tout premier 5k sans expérience. Du grand grand amateurisme.

Le premier km en 3’42. Hihihih… Me suis donc lamentalement traînée du km 3 à 5 pour 20’08 au final. Même le podium n’a rien apaisé: l’année 2015 et les 5k, ça ne le fait pas du tout! ;)

Ok ok, c’est le mois dernier et il faut dire que la veille, j’avais fêté avec des amis mes 44 ans. Fêté fort. Ben ouiiii, 44 ans! 44. Quarante quatre. Ça file.

N’empêche pour le 5k, c’est finalement pas si déplaisant de se faire narguer par une distance… ça donne envie de sortir les crocs!

Mais sinon, une bonne année en général. De nombreuses bonnes sorties, celles qui nous font sentir si bien, un bon volume, beaucoup de diversité, de la route et des sentiers, pas de blessure sérieuse et de très bons chronos en général selon les parcours choisis.

Et comme couronnement, mon Mon tout premier ultra de 50k pour lequel je me suis offert la première marche du podium chez les femmes et un beau classement global. Ça m’a donné le goût de faire du encore plus long! Je réserve donc décembre pour mon premier 80k.

D’ici là, un dernier marathon dans 2 semaines et peut-être, je dis bien peut-être, une ultime revanche 2015 sur 5k. Grrrrr!

Je vous souhaite à tous une très bonne fin de saison. Profitez-en, elle est si bonne la foulée d’automne!

Pascale

Ma p’tite galerie souvenir 2015!

Mots-clés :
 

41 réponses à Nouvelles d’automne…

  1. Sonia dit :

    Et bien dommage, moi qui aimait bien te lire! Tu as vraiment une belle plume, te l’ai déjà dit ?! Mais j’avoue, quand je lis des blogs, j’ai de la difficulté à y laisser des commentaires… Pourquoi ?!?! J’en sais trop rien en fait! Je les lis probablement comme je lis un article dans une revue….
    Mais bon… Bravo pour ta belle année qui n’est pas encore terminée… Serait-ce finalement Philly dans 2 semaines????
    Et continue de nous surprendre (à suivre via FB)… Quoique je suis jamais vraiment surprise de tes exploits ;)

    • Pascale dit :

      Mais tu commentes déjà ben en masse je t’assure! Et pis hein, je ne parle pas de laisser un commentaire chaque billet ou un truc qui fait sentir une quelconque obligation, comme je disais sur FB, je me questionne sur les lecteurs qui reviennent régulièrement et qui n’ont jamais laissé quoi que ce soit. C’est la très grande majorité comme je dis plus bas à Francis.

      Mais bon, concentre-toi donc sur ton marathon toi! :D

      Merci ++ So!

  2. isabelle Watier dit :

    BEN LÀ! Où vais-je puiser mon inspiration course, performance et voyage! Il n’y a que toi qui me faisais vivre ces grands dépassements (moi qui a de la difficulté a sortir de ma zone de confort…)
    Mais, comme tes récits nous l’ont démontrés, tu dois éprouver du plaisir pour courir, pour t’entraîner et il en va de même que pour écrire….
    Merci d’avoir pris le temps de partager, encourager, faire découvrir « ton » monde de la course.
    On se retrouve sur FB c’est certain (ou bien sur un sentier…)

    • Pascale dit :

      Mmmmmm où puiseras-tu tout ça maintenant… laisse-moi réfléchir… J’ai trouvé! En embarquant dans ma bagnole et en allant courir avec moi quek’part! :D

      Merci à toi. Gros gros merci Isa.

  3. C’est fini?
    Snif snif.
    J’ai bien aimé. C’était le plus intéressant. Et le photographe était de mieux en mieux. De haut niveaux de performance, de rédaction et de photo.
    Je rêve de Reykjavik depuis ton billet.
    Si tu te cherche une nouvelle façon de partager qui paye plus en appréciation et possiblement en $, club Titane, rendu à 25 membres, à besoin de changer son coach adjoint occasionnel. :)

    • Pascale dit :

      Je t’avais pas oublié, je mijote mes réponses. Et c’est que c’est congé d’école aujourd’hui alors ma maison est pleine d’ados qui «chill». Entre les crêpes et mes obligations, je prends plaisir à vous répondre… mais je manque de temps pour bien le faire! :)

      Bon, pour ton terme «fini». Aucune idée et tu le sais bien avec moi que je m’engage ni dans un sens ni l’autre longtemps d’avance. :) Mais là, disons que c’est «à sec». Tant que je ne saurai pas pourquoi tenir ce blogue (30 000 visites, c’est du stock! Est-ce que je veux vraiment étaler ma vie comme ça à autant d’inconnus qui le demeurent avec leur silence? pas sûre…), je vais me limiter à raconter mes trucs sur mon tout petit FB perso.

      Je suis contente que tu rêves de Reyjkavik. Ma foi, on va tous finir par se croiser là-bas! :)

      Merci Alex.

  4. En passant, les réseaux sociaux aussi ça répond peu. J’ai l’expérience des bons posts à 800 lectures, 4 likes et un commentaire « Super! ».
    Je trouve que ça commente très bien ici.
    Et les voleurs ingrats, bien F-Y!

    • Pascale dit :

      Oh oui, je vois. Mais sans diminuer l’impact d’un par rapport à l’autre, je dirais qu’une page FB c’est différent. Ça aussi j’ai eu l’expérience d’en gérer une… Mais bon, vite vite comme ça, je dirais qu’on pousse les gens à cliquer une fois -J’aime- sur une page. Ensuite, ils voient passer les statuts. Je dis -ils-, mais comme je suis abonnée aussi à tout plein de pages, je m’inclus. Parfois, on a découvert la page et l’intérêt est moins là. (Je ne parle pas de l’intérêt pour tes affaires là hein! Je parle de la philosohie des pages FB.

      Pour un blogue, on fait le choix chaque fois de se rendre au contenu. Et si on s’y rend, encore et encore, c’est qu’on en retire quelque chose. Et ce rapport là, entre le blogueur «personnel» et la reconnaissance, il est crucial. Car je ne vends rien moi. Et j’ai beau être généreuse et aimer aider et encourager, je suis pas une Sainte!

      Voir mon trafic grandir alors que le nombre de commentaires stagne, bof. Ça démotive. Qui aime juste donner? En tout cas, le Web a mis en lumière que beaucoup aiment juste recevoir. ;)

      En tout cas, gros sujet qui demande plus de développement. mais ça va somme toutes bien tes affaires, ton club grandit, je veux dire, le nombre d’inscrits. Bravo!

  5. Emilie dit :

    Et bien moi aussi je pleure …
    Et c’est drôle, mais je pense exactement comme Sonia et Isabelle. Des fois, y’a juste pas de commentaires qui viennent quand on lit parce que tout est dit (et bien dit!).
    Et puis c’est une grande source de motivation qui s’en va aussi avec la fin de tes écrits … (T’sais comme genre hein, elle a fait un marathon en bas de 3h09, pis un demi en bas d’1h29???!!)
    Mais, tu l’as dit, on se voit sur FB! Promis hein?
    Bref, on se

    • Pascale dit :

      Mais toi aussi précieuse Émilie tu m’en as fait des clins d’oeil ici.

      Pas besoin que ce soit donnant-donnant au compte près et même pas au compte large. Juste… une reconnaissance quoi. Ne serait-ce qu’une fois? Sinon, je vais écrire seulement pour mes proches et mes bons amis sur FB. Un trafic qui grossit sans le reflet de cela dans les commentaires, ça gruge la motivation. Pourquoi écrire à tous ces anonymes? (Et pas tous anonymes, comme je disais sur FB… ;))

      Oui promis pour FB! Je vais faire un petit résumé des 2 derniers mois.

      Merci à toi.

  6. Stéphanie dit :

    Bien triste de lire que ce sera ton dernier post, moi qui avait découvert ton blogue il y a peu de temps. J’ai vraiment apprécié te lire et t’ai trouvée très motivante! Merci pour tous ces partages si inspirants!

    • Pascale dit :

      Flûte hein? Une affaire de «timing»… Mais je vais laisser les billets en ligne pour l’instant, sait-on jamais si un d’entre eux peut te servir.

      Bon entraînement à toi… et merci beaucoup pour ton commentaire. ;)

      • steph18 dit :

        Bien d’accord avec la décision de laisser les billets en ligne! Ils peuvent effectivement servir à beaucoup de gens, à commencer par moi :)

  7. Nicolas Turgeon dit :

    Dommage en effet que tu suspendes le blog… mais qui sait si un jour le goût te reprendra? Tu écris en effet particulièrement bien, et ce dont tu parlais me rejoignait tout à fait (je pousse pour un voyage en Islande en famille!). Pour ce qui est de l’absence de commentaires, ayant moi-même attendu longtemps avant de commenter, je dirais que plusieurs d’entre nous sommes tout simplement de nature plus introvertie ou ne veulent tout simplement pas te faire perdre ton temps, ou celui des autres lecteurs, en commentaires redondants? Personnellement, même si je constate que ce n’est pas le cas ici, j’ai toujours un peu peur de « déranger » en commentant! Sur ce… bonne course et surtout MERCI pour avoir pris le temps d’écrire! Ça aura valu la peine.

    • Isa dit :

      On dérange jamais un blogueur avec des commentaires. C’est notre paie :)

    • Pascale dit :

      Nicolas! Justement, j’ai vu ton nom cet été passer après un 10k relevé. Bravo! J’attendais un autre billet et un commentaire de toi pour te le dire, mais voilà. :)

      Oh que je suis heureuse de lire ça pour l’Islande. Je trouve que c’est tellement une belle destination en famille. Facile d’y circuler, des merveilles de la nature, absence de restos junk (mange ton poisson!) et bon, tout ce dont j’ai parlé dans mon billet et bien plus encore. Tellement plus que j’y retourne moi aussi avec ma fille, cette fois en juin, pour les jeux de lumières célestes.

      Pour la vision des commentaires, oui je le comprends, moi aussi je suis timide les premières fois que je lis un blogue. Mais si j’apprécie, et que j’y retourne, et retourne encore, c’est que j’y trouve mon compte. Et si j’y trouve mon compte, je me sens redevable de le mentionner. Peut-être aussi parce que je suis blogueuse et que je comprends le temps investi derrière.

      Ça n’a pas l’air comme ça, mais certains billets (surtout ceux de course-voyage), peuvent prendre 4 heures à monter. Celui de Séville par exemple (Samuel à Séville), je reçois en plus un nombre élevé de questions en privé.

      Mais c’est Isa qui a l’expression juste: pas de pub (ça énerve les gens mais quand on n’en met pas (et ça aurait payé pour mon blogue), personne ne l’apprécie, bizarre l’humain non?), pas de redevances, pas de commandites, alors la paye c’est quoi? Les commentaires. Et toi tu as en masse payé ta part! ;)

      Merci à toi!

  8. Isa dit :

    Je comprends les questions existentielles de la blogueuse: où vais-je ? que fais-je ? où cours-je ? (me trouve bien drôle). Farce à part, tu peux te compter chanceuse d’avoir une vingtaine de lecteurs-commentateurs, moi j’en ai pas beaucoup…presque juste toi. J’avais écrit un billet sur les commentaires il y a un an ou deux : http://onatoujourslechoix.blogspot.ca/2013/10/bon-anniversaireen-retard.html
    J’ai vu une amélioration durant un certain temps mais l’effet est retombé. J’ai décidé que si j’écrivais, c’était surtout pour moi, parce que j’aime ça. Que je le ferais quand ça me tente, quand j’ai le goût. Tout simplement. Et des fois, j’ai des p’tites récompenses comme l’autre jour au Défi Vélo Mag, une femme m’a demandé si j’étais Isa de On a toujours le choix. Elle m’a dit qu’elle aimait me lire. Bin coudon. C’est toujours ça de gagner. Bonne continuité et j’espère que tu fermeras pas boutique. T’es trop top cool pour ça!

    • Pascale dit :

      Isa! Je suis allée lire ton billet hier soir en fait. C’est tellement ça! Tellement tellement! Tu as trouvé les mots si justes que finalement, je réalise que c’est quasi un passage obligé. :)

      Je retiens ta phrase trop bien tournée en parlant des commentaires:

      «C’est un peu comme une paie pour moi. Je blogue bénévolement mais je suis quand même un peu à l’argent…» :)

      Les autres qui lisent peut-être ce commentaire: Allez lire le billet d’Isa! (Et les autres aussi, excellente et motivante athlète).

      Merci Isa!

  9. Melly dit :

    Chère Pascale,
    Merci pour ton blogue généreux.
    Merci d’y avoir partagé tes performances impressionnantes, tes expérimentations, tes recherches, tes voyages.
    Merci pour tes coups de gueule et pour ta belle plume.
    Merci d’avoir été la première commentatrice « étrange » sur mon blogue (n’étant ni ma mère ni ma sœur ni ma cousine, mes seules et précieuses commentatrices, héhé).
    Je pourrais te dire que je trouve ça bien dommage que tu cesses de bloguer, mais cette décision t’appartient.
    Au plaisir!

    • Pascale dit :

      Chère Melly! Celle que j’ai eu du plaisir à suivre dans l’aventure de son premier marathon! Et ce n’est pas fini. J’ai vu que tu as pris une pause de plan. Je vais suivre la suivre avec plaisir.

      Merci.

  10. Norm dit :

    Mômaaaaaan C’est finiiiiii !! 44 ans ? Bonne Fête en retard Miss 3h09 ….J’va les faire ou mes niaiseries aster ?.

  11. Josée dit :

    Bravo pour tout Pascale et quelle est ce prochain marathon dans 2 semaines?

  12. Patrick Sirois dit :

    Marathon sous 3h09!! Waow chapeau Pascale. Tsé 44 ans, c’est bien jeune encore! Merci pour tes partages, j’aime ton authenticité!

  13. Francis dit :

    Tu viens peut-être de générer ton billet qui aura le plus de commentaires! ;) Fût de courte durée pour moi qui t’a « découvert » en avril dernier suite à notre course/podium commun!
    C’est la nature de l’internet – beaucoup de consommateur, peu de producteur (de contenu et de commentaires) . Inévitablement, quand tu le fais par pur plaisir et passion, tu arrives à un moment où tu te remet en question quand tu ne retires plus de satisfaction à le faire et que tes attentes ne sont pas rencontrées (qui doivent être aujourd’hui bien différentes de tes débuts). Alors, pourquoi le faire….mon point de vue personnel en tant que lecteur c’est pour continuer à nous faire rire (beaucoup!!), rêver et, un trait caractéristique de tes billets/post ici ou sur FB, réfléchir! :) Moi, j’en retire encore toujours quelque chose de te lire (même si j’ai tendance à être discret), mais si toi ça ne te plaît plus, tant pis…et que je ne te vois pas continuer à cause que nous sommes triste de ne plus avoir ces nouvelles – tu le feras quand tu le sentiras et nous serons au rendez-vous pour te lire car, on ne se le cachera pas, tu as un sacré talent avec les mots (et moi qui n’ose pas me relire du début car j’effacerais probablement tout dans la honte de mon peu de talent en écriture)!
    Je laisse ici en espérant que ce ne soit que ton repos annuel, comme avec la course, mais je pense quand même ce que j’ai dit sur le fait de ne pas continuer si, toi, ça ne le fait plus – des nouvelles, on trouveras des façons d’en avoir!

    • Pascale dit :

      Ça paraît que tu es dans le métier ou enfin, pas dans celui-là, mais clairement cousin, car tu décris exactement l’enjeu du blogue perso!

      Tranche de vie: J’ai déjà blogué pour le compte d’un organisme au tout début des blogues. Je pense que j’ai du talent pour ça en effet car j’ai atteint le top des blogues au Qc assez rapidement. Ce fut une super belle expérience, et l’aspect motivation n’entrait pas en jeu, c’était mon travail (en partie).

      Là, je ne veux ni achaler mon monde avec de la pub, ni leur vendre quoi que ce soit, alors en retour, en effet, recevoir à tout le moins un peu plus de reconnaissance (en % du trafic, vous, vous êtes là :)), quand le temps investi ne fait qu’augmenter, ça aide à la motivation ou enfin, au sens de tout ça. Parce que vraiment, comme seul but d’étaler mes «exploits»? C’est tellement pas moi…

      Cela dit, toi et les 19 autres êtes toujours là, et si tu savais comme le MERCI est bien senti!

      Mais bon, je me questionne vraiment sur le pourquoi du quoi, quand 95% de tes lecteurs ne font jamais signe.

      Bref, je me répète un peu, mais c’est pour souligner comme c’est en plein ce que tu dis, se questionner devant la culture du «gratuit» sur le Web, où tout est mélangé dans le même chapeau, les sites qui rapportent comme les blogues «donnés». Les gens sont nombreux à prendre comme un dû…

      Bon, j’étale mes idées pas trop claires encore… Mais clairement, tu as le bon résumé.

      Merci Francis, pis on se jase ça sur mon p’tit FB, vais raconter sous peu mes dernières folies improvisées, comme tu les «aimes». ;)

  14. JP - supporteur dit :

    Oui, ce blogue est une super aventure.
    Et je partage la tristesse de ne plus dénicher les petits clins d’oeil ou commentaires qui parsèment tes écrits!
    Ta plume va nous manquer… je continuerai prendre des photos!!

    • Pascale dit :

      Justement, la carte mémoire est pas mal plein des dernières courses. Ça me fait tout drôle de laisser ça là et de ne plus devoir trier parmi les 75 000 photos que tu as prises. :D

      Merci supporteur étoile.

  15. Julien dit :

    on me demande régulièrement pourquoi je tiens un blogue. C’est un exercice intéressant (répondre à cette question!) car il permet notamment de savoir si on va continuer… où pas.
    J’espère que ta réponse te feras continuer. J’aime bien tes mélanges de voyages et de quête de performance. C’est inspirant (j’ai couru un 5k! j’ai aimé!). Je trouve d’ailleurs que tu reçois beaucoup de commentaires, donc je ne dois pas être le seul à apprécier (même si on ne tient pas un blogue perso « pour les autres » sinon ça devient un magazine ?)

    Et tant pis si un nouvel article ne sort pas chaque semaine ou chaque mois.
    Je trouve que c’est un bon moyen de garder une trace des son parcours, des images, des sensations de course, ce qui a fonctionné à l’entrainement, les erreurs. Je me relis souvent avant d’attaquer une nouvelle course :)
    A force de bloguer, on fait aussi des vraies rencontres. J’ai « gagné » d’amis de la vraie vie en participant à mon association de « blog-runners ». Et ça vaut un paquet de likes.

    A bientôt. Bravo pour ton 3h09. Ta boulimie de kilomètres m’épate toujours autant !

    • Pascale dit :

      Tu t’es finalement laissé tenter par le 5k! Chaque distance est un défi disons, respectable.

      En fait, tu mets le doigt sur un truc: justement, blogue perso. Comme il est de moins en moins perso, et moi toujours assez réservée de nature, ça entre dans mon quesitonnement: pourquoi étaler ma vie à autant de personnes qui restent pour la plupart, dans l’ombre?

      Mais je te lis et ça alimente ma réflexion, surtout que tu es un blogueur de plus grande expérience. Mas tu vois, tu as choisis de représenter des produits en échange de ta visibilté, plus facile de se faire une raison. ;)

      Merci pour ton commentaire Julien!

      • Julien dit :

        « Perso » parce qu’il n’est pas tenu par d’autres personnes.
        Après on y met le niveau de ‘confidentialité’ que l’on veut. Blogue, journal intime, catalogue de courses…
        Mais je ne comprend pas pourquoi tu dis qu’il l’est de moins en moins.

        Les tests produits j’en fais parce que j’aime bien. Et heureusement, parce que ça prend énormément de temps pour ce que ça rapporte (des paires de chaussures ! )
        Mais j’essaye aussi de garder un équilibre entre ces « représentations » et les récits parce qu’ils sont les fondations d’un blogue perso.
        Ilsi y en a des millions. Je trouve que c’est ce côté perso que l’auteur met dedans, par ses textes ou ses photos que l’on s’abonne au rss, commente…

        • Pascale dit :

          Vrai que l’on y met le niveau de confidentialité que l’on veut. Quand j’ai dit «perso», je voulais simplement dire que devant le nombre de visites qui augmente, on ne sait plus trop à qui l’on écrit. Mais en effet, c’était pas le bon terme, c’est toujours mon blogue à moi. :)

          Oui, important cet équilibre aussi je pense. Ne pas perdre l’esprit d’un blogue perso. :)

          En tout cas, la motivation de tenir un blogue, c’est certainement variable. Mais là, je n’avais jamais été devant l’incapacité de dire pourquoi j’écris publiquement. Il est là le noeud.

  16. JFM dit :

    Salut Pascale,

    Je me demandais ce qui se passait avec toi, j’avais peur à une blessure ou autres malchances qui mettaient tes courses sur la glace.

    Je te comprends, ça ne doit pas être évident d’écrire et se demander si on écrit ça pour rien. Faut voir aussi si l’écriture te fait du bien. Mais on vient toujours à un moment donné à se questionner (forum, blog ou autres) si ça sert à quoi de l’écrire, ça change quoi de le partager, d’argumenter ? On passe tous par là. J’ai effacé plusieurs long message avant de peser sur le bouton Send sur Internet en me disant, ça sert à quoi ?

    Dommage que le blog prenne fin, ça été très plaisant à lire. Suite à la découverte de ton blog, j’avais remonté plusieurs articles en arrière pour aller les lire. Ton blog m’a donné le goût d’aller faire des courses à « l’extérieur » en faisant du tourisme.

    Je fais probablement parti de tes lecteurs qui n’ont pas vraiment échangé avec toi. Il faut dire qu’étant débutant et coureur lent comparé à toi, on ne sait pas trop ce qu’on peut apporter dans un échange.

    On va peut-être se croiser un jour lors d’une course (avant le départ car jamais je ne te croiserai pendant la course, à moins que tu partes en retard !) On va probablement se croiser lors de commentaires ici et là sur les réseaux sociaux.

    Et pour info, je rêve toujours à l’Islande !

    • Pascale dit :

      Hé! J’aime beaucoup le très généreux message que tu me laisses. Ça résume super bien aussi. Décidément, vous êtes tous dans ma tête, fidèles commentateurs. :)

      Parce que oui, tu en fais partie. Tu m’as fait ce «Hé coucou, je te lis et j’apprécie» qui a fait toute la différence. Pas besoin d’être toujours au rdv, je le dis et redis, c’était pas le message de ce billet. Mais je sais que tu m’as comprise pour le reste. :)

      Et deux trucs que je retiens de ton mot:

      1) «Faut voir aussi si l’écriture te fait du bien.»

      Oui. Et je vais continuer d’écrire c’est clair. Et même pour la course. À ma mère seulement s’il le faut. :) Non mais sérieux, c’est un très bon exercice pour progresser. Se relire avant une course aussi, à ne pas oublier. :)

      2) «Ton blog m’a donné le goût d’aller faire des courses à « l’extérieur » en faisant du tourisme.»

      Ah ben là, lire ça c’est comme recevoir une grosse paye temps double! :D (Lire le commentaire d’Isabelle plus haut, et son billet sur la paye de blogueur…)

      Merci JFM!

  17. Fabrice dit :

    Chère Pascale,
    Je suis de ceux qui apprécient tant ton blogue et qui n’ont jamais laissé un mot, je me sens un peu honteux d’avoir l’impression de recevoir beaucoup mais qui n’a rien donné en retour, mieux vaut tard que jamais, ce n’est pas le manque d’envie de te répondre mais de nature intravertie, je n’ose pas mettre des commentaires, lire et relire chacun de tes récits me donnent la motivation pour mes courses, tes podiums, tes voyages, ton entrainement, tes milliers de km, tes performances me font rêver… Merci pour tout, je continue à consulter ton blogue pour chercher des réponses et pour me motiver, et je te comprends et respecte totalement ta décision de l’arrêter.

    • Pascale dit :

      Hihi ne t’en fais pas, ce n’était pas une entreprise de culpabilisation de ma part, pas du tout. J’étais prise entre 3 possibilités.

      1) Juste abandonner mon blogue sans rien dire (mais devoir répondre aux lecteurs quand même qui posent des questions).

      2) Fermer d’un coup le blogue, sans explications.

      3) Expliquer.

      Les 3 choix auraient créé chacun leur réaction. Cela dit, j’ai choisi de m’expliquer et, fidèle à moi-même ici, suis tranparente ici. Mais comme je dis plus haut à Julien, c’est vraiment une affaire de ne plus savoir pourquoi j’étale ça à tout le monde. Sérieux, se lever un matin et se dire: Ben voyons, pourquoi j’ai écrit tout ça dans un blogue moi? :)

      Un dernier truc sur la nature introvertie: Je le suis aussi, alors je comprends. Mais je ne voulais pas dire de nécessairement donner son opinion ou d’entreprendre la conversation, mais quand on «consomme» les écrits de quelqu’un qui nous motive, juste -C’est l’fun ton blogue ou bravo pour ce bilet en particulier- ça fait l’affaire, et ce, je le répète, ne serait-ce qu’une seule fois. ;)

      Merci Fabrice, pour les compliments et ta transparence.

  18. M-Runner dit :

    Noooooooooon! Jour de deuil! Souliers en berne!! Je suis à moitié sérieux. ;-)

    Tu vas faire ce que tu veux c’est certain mais pense à ton affaire. J’avais hâte que tu écrive depuis l’été mais tu vois j’ai été patient. :-)) Ce qui veut dire que je peux patienter encore. On est plusieurs comme ça. Tu as un des meilleurs blogs (je pense que je te l’ai déjà dis). Mets de la pub si ça peut aider… mais je sens que ce n’est pas ça non plus… prends du recul… tu reviendras inspirée en 2016.

    Pis merci. Ça toujours été motivant de venir te lire ici.

    • Pascale dit :

      Ahhh toi, Lecteur de la première heure… Décroche-moi ça pis vite ces souliers-là! :)

      Écoute, je te lis et tout ça mijote. Je vois bien que je suis appréciée par des coureurs qui ont du fun à venir ici dans mon humble chez moi… Je sais pas trop… Faudrait peut-être que j’aie un projet parallèle avec cet outil… Bon tant qu’à réfléchir à voix haute, vais continuer dans ma tête.

      Merci à toi, beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Cocher pour recevoir les commentaires à venir via courriel ou s'abonner sans commenter.