Ce matin a eu lieu mon 3e demi en 3 semaines dans le cadre de mon blitz d’entraînement, le 21k Une fille qui court à Trois-Rivières. Une 2ème édition avec 1800 participantes.

Comme je tiens à ce que ce blogue perso serve aussi de banque d’infos aussi réaliste que possible, je ne peux pas toujours tout encenser juste pour me montrer hop la vie! Par contre, je dois aussi tenir compte du thème de la course.

Pour la verson participative, pas de doute, c’est très sympa et bien organisé. On est accueilli le matin par de grands sourires de passionnés. Dossard, départ, ravitos, arrivée dans un parc, médaille, bouffe, kiosques, etc., tout était parfait. Bravo à l’organisation!

Maintenant, comment raconter ma course à moi? (MAJ: Lisez aussi la mise au point)

D’abord, assoyez-vous confortablement. Laissez aller votre imagination. Imaginez de la brume. Beaucoup de brume.

Une fille qui court

Sur la route vers Trois-Rivières, à l’heure de l’innocence…

Et poussons l’exercice plus loin encore: regardez d’abord un extrait de Trainspotting. Car oui, j’ai cru un instant à de la drogue dans le Gatorade aux ravitos.

Il était une fois Une fille qui court

La joie du début pour commencer. Je rencontre avec un infini plaisir Isabelle avant la course, ouvreuse du 21k à vélo. Belle avec son petit nez retroussé, je l’aimais déjà, je l’aime encore plus. Elle me dit: Vous êtes 80 au demi. OH, dis-je. Avec 1800 coureuses, j’espérais au moins 400. GULP. La course s’annonce disons… moins compétitive.

Je vous présente Isa.

Je vous présente Isa.

Mais Isa, es-tu sûre que le parcours n’est pas trop mêlant sur l’île avec 2 boucles pas pareilles et un croisé à tout le moins confusionnant si plusieurs coureuses?

Je crois que mon cerveau a évacué sa réponse.

Mais encore là, ça va. Qu’à cela ne tienne, un demi je courrai… mais je cours d’abord à l’auto chercher ma musique qui sera ma compagne de course. Je m’échauffe un peu. Tu as choisi Trois-Rivières, arrête de penser à qui tu aurais pu avoir autour de toi à Chateauguay pis assume.

Je sue déjà, il fait si chaud. Le taux d’humidité est de 100%. Je manque d’air! Un court échauffement et ma camisole est déjà complètement trempée. Je sens vraiment que la belle course que j’avais en tête est à tout le moins à risque.

Mais je ne savais alors pas que ce serait pire encore. Ce parcours s’avérera du grand n’importe quoi.

Mais la vie donne souvent des signes n’est-ce pas? D’ailleurs le premier fut même avant d’arriver à Trois-Rivières. Dans notre petit rituel pré-course, comme on est souvent pressé, on arrête au Tim Horton de bord d’autoroute pour Monsieur.

Lui: Je vais prendre un bagel au fromage à la crème.
Mme Tim: On n’en a pas.
Lui: Un Tim matin alors.
Mme Tim: On n’en a pas. Je n’ai pas de fromage, ni d’oeufs ni de bacon. Je suis juste un comptoir.
Lui: Je vais vous prendre quelques napkins d’abord?

C’était un signe non?

Et comment raconter cette histoire de demi-marathon sans que ça ait l’air exagéré? Mmmmm… impossible. Tout fut exagéré. Demandez à J-P ou à Isa. Au point d’en rire de l’arrivée jusqu’au retour à Montréal: ai-je halluciné?

Avant le départ. 10-4 à mon équipe de soutien par micro. (Pas vrai)

Avant le départ

10-4 à mon équipe de soutien par micro (pas vrai).

L’appel est fait, direction départ. Oh-oh, on nous tend un micro et demande de dire «quel temps je fais sur demi et mon temps visé aujourd’hui». Mettons 1h30 et 1h32 aujourd’hui avec la chaleur. On m’applaudit. Hé ho attendez c’est pas couru encore! S’ils savaient… et moi donc.

Le départ est donné.

Très important de ne pas oublier de se mordiller la lèvre.

Très important de ne pas oublier de se mordiller la lèvre.

Les gars manquaient quand même un peu je trouve…

Je ne me doute de rien encore...

Je ne me doute de rien encore…

C’est la que le fun commence. Nous faisons un premier tour avant de foncer vers l’île maudite. Mais oh-oh, par où? Nous sommes déjà perdues au km… 2,5!

Isa demande à une tonne de bénévoles… mais ils répondent tous: Aucune idée. On cherche, je devine bien qu’Isa est paniquée, mais ce n’est pas de sa faute, les indications sont nulles!

On finit par tomber sur un gars qui pointe une direction. C’est là que J-P décide d’aider Isa et POUF! Une crevaison. Isa est énervée du parcours, J-P en maudit pour son pneu, et moi ben, je suis Isa coûte que coûte. J’irai où elle ira. Ce sera 21k dans tous les cas, ligne d’arrivée ou pas.

On retrouve le chemin, c’est déjà oublié. La course peut recommencer.

Cours toujours...

Cours toujours…

Enfin un premier ravito. Pas que j’avais soif de boisson, mais de présence humaine. Ok, fiou, je suis vraiment dans une course. Les jeunes m’encouragent, je leur souris. Et c’est alors que j’ai avalé le Gatorade empoisonné…

Jeunes supporteurs

Coucou les jeunes! Merci d’être là!

On avance complètement seules. Je commence à penser au film The Day after.

Une fille qui court

The Day After

Un peu plus loin, j’ai pu m’accrocher au paysage… si au moins on le voyait…

Trois-Rivières

Je crois que c’est joli.

On approche de l’île perdue. Des coureurs y sont déjà disparus selon la légende, celle dans ma tête…

Une fille qui court

Isa semble mieux maîtriser que moi la folie qui nous gagne.

Je ferme même les yeux. Tout cela n’est qu’un rêve…

Une fille qui court

Je rêve que je suis entourée.

On aperçoit un drapeau jaune. C’est bien par ici. Mais le 14 km c’est seulement pour ceux qui parviendront à quitter l’île.

Une fille qui court

Illusion du 14e.

Nous voilà alors sur l’île maudite. On tournoie, on passe et repasse dans l’autre sens sur des tapis. Et dans un genre de sable mou, sur une section d’environ 300m, tout au bord de l’eau. Un véritable casse-tête ce parcours! On fait même un U-turn… sur une île pleine de sentiers! Pourquoi donc?

J’entends Isa demander ici et là: Est-ce bien par ici? «Aucune idée», que lui répond un autre bénévole. Coup de barre dans le mental. Je ne sais plus si je cours pour une bonne cause. Mais je suis Isa, je ne fais que cela. Isa attends mooooi!

L'île.

L’île.

Je peux à peine raconter ce qui s’est passé ensuite. Tout ce dont je me souviens, c’est qu’on a hurlé de joie quand on a trouvé la sortie. Enfin presque.

Une fille qui court

À qui le dites-vous…

C’est alors que plus loin, je vois ce qui me semble être des mascottes miniatures. Je dois me rendre à l’évidence: j’ai trop bu de Gatorade.

Une fille qui court

Douteuse immobilité.

Et avant même de les dépasser, les mascottes se sont mises à courir après moi. Adieu, ligne d’arrivée!

Une fille qui court

Isa, on est suivies!

On réussit à s’enfuir. Et c’est à ce moment, après quelques rues, trous d’eau, sauts sur le trottoir, piste cyclable, qu’on tourne une petite rue et au loin, devant nous, se dresse… un mur!

Un océan de rose. Tout ce que j’arrive à dire à Isa est: Nonon!? NONON!? Oui.

Une fille qui court

Le mur.

Isa peine à frayer un chemin. C’est J-P derrière qui hurle alors: Des flamants roses! (Merde, il a bu du Gatorade lui aussi?)

J’hésite entre m’effondrer sur le côté et rire jusqu’à ce que mort s’ensuive ou poursuivre en lieu sûr. Je repense alors aux mascottes… au km 2,5… à la brume… à l’île… à la dame du Tim!

Je pénètre dans le bassin de flamants. Je ziguezague, mes chers ouvreurs de piste s’encouragent entre eux tellement la situation est absurde. Ils me crient de très appréciés Allez Pascale pour être sûrs que je ne me sauve pas finir ma course là où ça court. C’est la queue des coureuses/marcheuses du 5k.

Avec 1800 coureuses, il fallait bien qu’elles soient quelque part…

Je sens ma Garmin vibrer, je n’ose pas regarder, mais la curiosité l’emporte: 4’44 ». Déjà au marathon j’aurais reçu ça comme une giffle. Mais sur un demi c’est… un coup de massue! J’entends une foule imaginaire rire dans ma tête: 30 secondes noyées dans la marre à flamants en un seul km. J’en aurai 4 avec eux.

Je tente de dégainer ce qui me reste pour tenir ce rythme de guerrière sonnée, trainant ma carcasse hors de la foule. Qu’est-ce que je ferais bien pour souper ce soir aux filles? Ta gueule et cours.

On tourne un quasi dernier coin de rue et c’est alors que je perds tout contact avec le réel: les flamants courent vers nous! Je lâche même un petit cri: Ahhhiii!

Isa fend la route en deux. Je cours sur la ligne.

Une fille qui court

Ne pas perdre de vue Isa. Surtout, ne pas perdre de vue Isa.

J’évite tant bien que mal les high five de flamants se croisant.

Une fille qui court

C’est du bon Gatorade.

Je me faufilerai ainsi jusqu’à l’arrivée grâce à Isa qui a fait une maudite bonne job!

Une fille qui court

Je dépasse par la droite et évite l’arche de justesse.

Je me croyais alors hors de portée de la folie. Si au moins… Mais non, des hommes en toxédo nous attendent. Y restes-tu du Gatorade?

Une fille qui court

C’est quand qu’on se réveille au juste?

Je reprends mes esprits et essaie le manteau Mizuno que je viens de gagner… quand une mascotte adulte s’approche et me prend dans ses bras. Je n’ai alors plus aucune attente de retrouver des repères sains.

Une fille qui court

J’avais toujours crains les mascotte avant aujourd’hui.

Mais là c’est Isa que je veux voir! Je la trouve et la prends dans mes bras, car je la sentais mal à l’aise du cafouillage du parcours qui je le répète, n’a rien à voir avec elle!

Une fille qui court

Merci Isa.

Je lui ai dit: Hé Isa c’est pas grave du tout! Et professionnelle comme elle est, athlète de tout son être, elle éclate en sanglots. Parce qu’elle avait peur d’avoir gâché ma course. Mais moi je ris déjà! Belle Isabelle aussi quand elle rit. (Brel)

La suite sera joyeuse comme j’ai dit au début. En plus, le gars de Mizuno avec qui j’ai placoté, commanditaire de la course, m’offre… ah pis non, je garde la surprise pour un autre billet. Mais il y a une entente en vue! :)

Résultat:
1h31’32 dans cette chaleur (1ere). Je suis fière! Tout un test mental!
L’ensemble des résultats sur Quidchrono.

Ma semaine
Lundi: 13k (récup)
Mardi: 15.5K (Allure 1)
Mercredi: 19.6k (3 X 2k à V10k)
Jeudi: 17.5 (10 X 300m à 100% VMA)
Vendredi: Repos! (30′ de vélo…)
Samedi: 10k + 10 accélérations.
Dimanche: Demi des flamants + échauffement/récup
Total: 103 km

J’aurais bien voulu gagner un hamac.

Merci Isabelle pour ce demi des plus cocasses! Un souvenir assurément ancré plus que tout autre demi que j’aurais pu choisir aujourd’hui! Moi et ma boîte de coureuse sommes ravies! ;)

**

À venir: Des nouvelles de Bianca! Je dirais même plus, d’elle et moi! Mais j’ai promis de garder le punch alors je patiente… et vous aussi.

À toutes les mamans coureuses: Bonne fête des mères! 

Mots-clés :
 

43 réponses à Mon demi de filles en images

  1. Emilie dit :

    ????????????????????????????
    Désolée, je suis sans mots tellement je ris!

  2. Josée dit :

    Très belle description…tu m’as fait sourire.
    C’était pas facile ce matin dans cette humidité.

  3. Isa dit :

    Trop drôle, j’ai ri aux larmes: l’île maudite, les mascottes miniatures, the Day after, poooouuuuuaaah! Merci de m’avoir rassurée sur mes compétences, tu es mon idole maintenant! Bravo et salutations à ton coach du mental (qui a définitivement fait une bonne job malgré ses cheveux longs et trop bouffants ????)

    • Pascale dit :

      Ahhh j’te dis, on en rit encore. Combien de demis nous offrent ça? Ce fut un plaisir. on remet ça quand tu veux, moi sur le vélo, toi qui coure. :)

      Héhéhé, on s’en va souper en famille, je compte sur mes frères pour rire en masse de lui et son monticule capilaire. :)

    • JP - supporteur et photographe très amateur dit :

      Une nouvelle chambre à air, un nouveau pneu et 18 km sur la jante plus tard… je me pose une question… Est-ce que tu parles de mes cheveux?

  4. Norm dit :

    Teaser…..à chaque billet il y a une surprise à venir…Le Capitaine Bonhomme utilisait la même tactique…..Fabienne Larouche aussi et ça marche….Je trouve que toi et Pita Pit faites un super de beau petit couple…..Chanceuse d’avoir Isa comme Lapine et Mr. Napkin comme photographe. Une Fête des Mères mémorable alors !

  5. Stéphanie dit :

    Un récit des plus divertissants! Je t’en remercie. Je l’ai savouré avec popcorn et bière, oui, oui! La marée de flamants roses et les mascottes, c’est juste trop drôle! Bravo pour ton super chrono dans ces conditions (même dans des conditions idéales, 1h31 au demi ça m’impressionne beaucoup). Mais surtout, BRAVO d’avoir gardé ton sens de l’humour.

  6. Pat F dit :

    le demi marthon de Twin-Peaks ?

    • Pascale dit :

      Hahaha pour Marthon! Et j’ai dû googler Twin-Peaks, c’est du Lynch! Il y a sûrement une ressemble avec l’ambiance d’hier c’est clair! Et me voilà avec une série de plus sur ma liste. :)

      Merci!

  7. JP - supporteur et photographe très amateur dit :

    Il y a eu le premier mur de flamants roses. Mais que dire du deuxième, qui venait en sens contraire!.

    Isabelle et toi aviez l’air de Moïse qui fendait les eaux.

    Méchant trip au milieu d’un océan rose!

    • Pascale dit :

      Pas croyable d’avoir oublié de mettre ce segment! C’est LE sur-punch après le dernier punch. J’ai même lâché un petit cri surprise! Ce sont les émotions sans au doute. Ou le Gatorade. En tout cas, j’avais même écrit -flamands- avec un -d- au premier jet! Hahaha, ça va, j’ai retrouvé mes esprits.

      Je l’ajoute!

      Et merci à toi encore et encore d’être venu aider. Et pour les photos.

      Et je tiens à mentionner un point pour d’autres qui pourraient lire: Non, mon supporteur ne me suit pas sur le parcours habituellement. Il m’attend à un point ou encore me fait une surprise. Et ne roule pas SUR le parcours.

      Mais hier mettons que tout sortait du cadre normal. Et Isa et J-P se sont bien entendus je crois! :)

      • Isa dit :

        Tout à fait, J-P est un coach du mental hors-norme. Je sais pas ce que j’aurais fait sans le son réconfortant de son flat à mes côtés. Ça avait quelque chose de rassurant :) Et sa voix tonitruante qui demandait aux filles de se tasser et toi qui disait : C’est correct, J-P, c’est correct! Heureusement qu’il n’y a pas eu d’incident!

        • Pascale dit :

          Héhéhé, pauvre lui, il est finalement un peu mal à l’aise et en même temps, il m’a dit qu’il a adoré la course! Hihi, c’est vraiment un gars de terrain. Il aime résoudre des problèmes de logistiques, c’est sa job dans la vie!
          Alors mes courses où tout va bien et où je n’ai besoin de rien, il s’emmerde carrément. :)

          J’espère rencontrer un jour ton coach du mental!

  8. Patrick Sirois dit :

    Meilleur billet!! Hilarant!

  9. Valcox dit :

    Oh ! Ce que j’ai ri !!! Hallucinant, cette organisation. Mais tu t’es bien amusée, si on met de côté les frayeurs ;-) Et quel chrono, impressionnante, comme toujours. Car sans lièvre, sans repères, puis dans un nuage de flamands roses, fallait le sortir, ce chrono !!! Heureusement que tu avais Isa, sinon je crois qu’on te chercherait encore sur l’île … ;-)
    Bon, la prochaine fois, que de l’EAU aux ravitos, hein !

  10. Wow, très intéressant cette aventure de cours!
    Bravo à ton chum pour la safari photo.
    Merci de partager ton agenda d’entrainement. Intéressant.

    • Pascale dit :

      Il a donné son 110% pour les photos cette-fois pas de doute! Et en conduisant son vélo et sa roue qui faisait hi-cooouik, hiiii-couik tout le long. :)

      Merci!

  11. isabelle Watier dit :

    J’ai eu le privilège d’avoir l’histoire racontée de vive voix par les deux concernés (j’attends maintenant la version d’Isabelle). Je trouve le tout simplement savoureux: le départ, le labyrinthe de l’île maudite, les minis-mascottes (ça, ça m’aurait achevé… et en plus elles te courent après…) et les gars en Toxedo (rescapés du 281?) Et dans la marée de rose, toutes ces belles mamans qui marchent et courent… et qui se font crier par la GROSSE voix de JP « tassez-vous ». Elles, il est évident que c’est ce qu’elles ont raconté au souper de la Fête des mères : « il y a un homme qui nous criait de nous tasser…. »
    Simplement délicieux! Et je repense à notre concept de course thématique…

    • Pascale dit :

      Hahaha, mais je vais ajouter LA photo du délire final ds quelques minutes… je n’en reviens pas encore d’avoir oublié de la mettre hier (en plus de devoir corriger mes 125 coquilles).

      Mais Isa-en-question a commenté ci-dessus. Je sais pas trop si elle a autre chose à ajouter, elle est invitée à le faire par contre.

      PIs écoute, je repense à la grosse voix et je suis mal à l’aise! Nous on le sait qu’il est un grand colosse au coeur tendre, mais sa voix, que dire, elle fait peur oui. :)

      Notre course thématique ouiiii! Quel délire hier soir aussi… Mais on ferait fortune. :)

      Merci Isa!

  12. Francis dit :

    Ah ah ah ah ah!!!! On m’avait dit qu’il t’arrivait pleins d’histoires sans dessus dessous; je n’en doute plus.
    La question qui me brûle les lèvres: Qu’est-ce qu’elles ont fait pour trouver le parcour la 2e, 3e, etc? Est-ce qu’elles sont encore sur l’Ile?! :)

    • Pascale dit :

      Je ne sais pas s’il m’arrive souvent quelque chose, mais moi je sens que tu as une informatrice d’environ 5’2, super jolie, cheveux foncés et qui court vite? :)

      Ta question est excellente et on en a parlé en masse hier. Notre hypothèse est qu’une fois que notre délégation est passée, les bénévoles ne pouvaient plus répondre «Aucune idée». Ils devaient pointer vers où on est allé. :)

      Merci de ton commentaire Francis!

    • Pascale dit :

      Et aussi un moment donné, sur l’île, Isa a parlé à une fille qui semblait être des organisateurs (elle pourra confirmer) et lui a fait comprendre que ça marchait pas pantoute quant à la clarté du parcours.

      Imagine des tapis Quidchrono au milieu de cette île, que les coureurs franchissaient plusieurs fois, et dans les deux sens… et en même temps! C’est-à-dire avec des filles qui arrivent face à toi et on passaiy n’importe comme, à gauche des unes à droite des autres. Jamais vu un truc pareil avant. :)

      Et dire qu’il y avait une ville entière pour allonger de 2 km au lieu de tenter de faire ça en va et vient sur une île pour faire le bon compte… :)

      • Isa dit :

        Oups, je viens de voir que mon commentaire n’est pas à la bonne place. En fait, j’ai libéré un peu de ma tension auprès du monsieur en lui disant de m’aider, j’étais très nerveuse. C’est pas pour rien que j’ai braillé comme une madeleine après. Mais il avait bien raison de me dire que ça irait très bien à partir de la sortie de l’île, ce qui fût effectivement le cas (sauf pour Moïse sauvé des eaux).

    • Isa dit :

      Oui, c’était dans le Nouvelliste de ce matin ! Non, il semble qu’elles aient trouvé leur chemin mais je me suis effectivement posée la même question.

    • Isa dit :

      Oui, c’était dans le Nouvelliste de ce matin ! Non, il semble qu’elles aient trouvé leur chemin mais je me suis effectivement posée la même question. Je crois que le Commissaire de la Fédération québécoise d’athlétisme me suivait alors il a peut-être aidé les filles derrière dans cette section qui était moins évidente. Et notez que je prends l’entière responsabilité de ne pas être aller rouler ou courir le parcours avant l’événement. On l’a fait en auto et une partie à pied (l’île maudite) mais c’est pas assez, faut le rouler. Les organisateurs m’avaient donné beaucoup d’infos, ils ont travaillé fort. Si jamais on m’offre à nouveau ce genre de responsabilités, je serai mieux préparer…je fais rarement deux fois les mêmes erreurs. :)

      • Pascale dit :

        Je comprends que tu veuilles prendre une part du blâme, parce que je devine un peu ta personnalité intègre et tu ne veux pas simplement le rejeter sur les autres et c’est tout à ton honneur.

        Par contre, j’étais une témoin privilégiée de ton travail ;) et j’ai bien vu qu’après la première boucle où l’on devait se faufiler au travers des barrières pendant qu’ils sont en train d’enlever le tapis de départ, que c’était d’emblée un gros manque de clarté.

        On a beau regarder le parcours avant (tu l’as fait je l’ai fait… mais je me suis inscrite avant de l’avoir vu, ce que je ne referai plus), pendant, on a du stress, toi autant que moi alors il faut que l’ouvreur à vélo soit tout de même plus aidé de signes clairs.

        Pour le mur du 5k, ça, rien à voir avec toi et si l’organisation veut attirer plus de coureuses, elle devra y voir aussi!

  13. M-Runner dit :

    ah ah ah ah ah ah… juste ah ah ah!!! Tu aurais même pu mettre un extrait du film une coche plus hallucinante! :-) Mais encore bravo, tu as été forte encore une fois!

    • M-Runner dit :

      Et juste pour dire que je commente souvent en niaisant mais que sérieusement c’est fort. Surtout avec l’humidité à 100%. C’est pire que la chaleur même si ça vient avec la plupart du temps. Transpiration pénible. Alors c’est toute une performance! :-))

      • Pascale dit :

        Hihi, T’en fais pas pour les commentaires rigolos. Je les prends tous avec plaisir.

        Et merci de souligner ma performance. C’est apprécié. En fait, j’apprécie beaucoup ça quand les gars (et les filles aussi…) aprécient les performances féminines pour leur valeur bien à elles. Et pas comme performances secondaires à celles des hommes.

        Et oui, j’ai pas trop voulu insister, mais c’était suffoquant. Carrément.

        Merci!

  14. jp - amateur du talon et photographe amateur dit :

    Je me demande si un extrait de Fear and loathing In Las Vegas n’aurait pas été plus approprié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Cocher pour recevoir les commentaires à venir via courriel ou s'abonner sans commenter.